Left Analysis

jeudi 20 octobre 2016

France: Présidentielle 2017. Dans un sondage, Mélenchon frôle les 30% de possibles intentions de vote dans le Sud-Ouest de la France.

Selon l'enquête de l'institut de sondage français "Elabe" pour la chaîne "BFM TV" publiée le 19 octobre 2016,  27% des Français inscrits sur les listes électorales voteraient probablement pour le jeune libéral Emmanuel Macron, s'il aspire à se présenter à l'élections présidentielle de 2017. 

Le candidat de la gauche Jean-Luc Mélenchon arriverait en deuxième position, avec un potentiel électoral de 22%, suivi de Manuel Valls, Arnaud Montebourg et François Hollande qui ne passent pas la barre des 20%.  

Dans le détail, Emmanuel Macron serait en tête dans l’agglomération parisienne avec 35%, Jean-Luc Mélenchon réaliserait son meilleur score dans les villes de plus de 100 000 habitants, en particulier dans le Sud-Est, Nord-Est et le Sud-Ouest, où l'institut le donnerait en tête avec respectivement 24%, 24% et 26 % de potentiel électoral.  

Parmi les sympathisants du Front de gauche, le candidat de la France insoumise ferait un plein quasi-total, avec 91% des probabilités.

Autre enseignement, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon gagneraient en considération dans l’électorat Front National issu du libéralisme d'un coté et des milieux populaires de l'autre, avec 15 et 11% des choix potentiels.   





Source: Elabe

mercredi 19 octobre 2016

France: Présidentielle 2017. Notre enquête locale (données brutes) réalisée sur la ville de Limoges entre le 10/10/16 et le 16/10/16.

Sur un échantillon de 325 personnes interrogées sur Limoges (données brutes): 

Alain Juppé arriverait en tête avec 39,5%, suivi de Marine Le Pen à 16,5%. 
À 13,5%, Jean-Luc Mélenchon prendrait la tête à gauche.
L'actuel président de la République serait à 11% des intentions de vote, devançant Emmanuel Macron (8%), Philippe Poutou (4,5%), Cécile Duflot (3%), Nicolas Dupont-Aignan (2%), Nathalie Arthaud (1%), André Chassaigne (0,5%).


Nombre d’exprimés (avec candidat) en pourcentage réel:
  
Exprimés pour un candidat: 248 personnes.

Alain Juppé : 99 exprimés, 39,91%
Marine Le Pen : 41 exprimés, 16,53%
Jean-Luc Mélenchon: 34 exprimés, 13,70%
François Hollande: 28 exprimés, 11,29%
Emmanuel Macron: 20 exprimés, 8,06%
Philippe Poutou: 12 exprimés, 4,83%
Cécile Duflot: 7 exprimés, 2,82%
Nicolas Dupont-Aignan: 4 exprimés, 1,61%
Nathalie Arthaud: 3 exprimés, 1,20%
André Chassaigne: 1 exprimé, 0,40%


Nombre d’exprimés total (avec ou sans candidat) en pourcentage réel:

Total des exprimés : 325 personnes.

Alain Juppé : 99 exprimés, 30,46%
Marine Le Pen : 41 exprimés, 12,61%
Jean-Luc Mélenchon: 34 exprimés, 10,46%
François Hollande: 28 exprimés, 8,61%
Emmanuel Macron: 20 exprimés, 6,15%
Philippe Poutou: 12 exprimés, 3,69%
Cécile Duflot: 7 exprimés, 2,15%
Nicolas Dupont-Aignan: 4 exprimés, 1,23%
Nathalie Arthaud: 3 exprimés, 0,92%
André Chassaigne: 1 exprimé, 0,30%

Abstention + vote blanc: 77 exprimés, 23,69%.


samedi 15 octobre 2016

France: Le mouvement de gauche "La France insoumise" organise sa première convention.

Un millier de personnes se réunissent à côté de Lille ce week-end, 650 ont été tirées au sort parmi les 130.000 inscrites sur la plate-forme web du candidat Jean-Luc Mélenchon. 
Ce samedi et dimanche, ils réfléchiront et débattront.
À l’issue de ces deux jours, une synthèse de l’ensemble des propositions devrait déboucher sur un texte de 357 mesures.
Comme l'explique Charlotte Girard, maîtresse de conférences en droit public et coordinatrice du projet avec l’économiste Jacques Généreux : « L’idée est de poursuivre la dynamique en cours depuis le lancement de la campagne, en espérant un élargissement du mouvement. C’est là que l’idée d’un mouvement interactif fait sens : nous nous appuyons sur les nouvelles technologies pour rendre effective une participation qui n’aurait pu se construire que sur plusieurs années. ».


samedi 8 octobre 2016

France: Le Parti communiste français restitue les premières données de sa grande consultation citoyenne.

Samedi 8 octobre 2016, le Parti communiste en collaboration avec l’institut de sondage "Viavoice", restitue les grandes lignes d'une consultation citoyenne établie sur la base de 65 000 questionnaires remplis.

                                    Ce que demande le peuple ! L'émission 
                                                 

vendredi 23 septembre 2016

France: Présidentielle 2017. Un paysage politique se redessine.

Si une étude de l'institut "Elabe" concernant les intentions de vote ne constitue pas une certitude en vue des résultats le jour de l'élection présidentielle, tout comme pour n'importe quelles élections, force est de constater une évolution progressive du paysage sur fond de crise politique.

À droite, les choix oscillent entre 18 et 34% des intentions de vote en fonction du candidat gagnant de la primaire "Les Républicains" ( Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy).
Le Front National reste toujours très haut, avec autour de 25 à 27 % des voix. 

À gauche, le candidat Jean-Luc Mélenchon semble dans cette enquête profiter du vide, mais aussi de la colère d'une partie de la population. 
Ce sondage témoigne enfin d'une progression non négligeable du candidat de "la France insoumise" par rapport au début de l’été. 
Il est ainsi crédité de 14% (+2) à 15% (+4) des intentions de vote exprimées (en cas de candidature de François Hollande comme seul représentant de la gauche gouvernementale), à égalité avec le très libéral Emmanuel Macron.

Manuel Valls et Arnaud Montebourg ne ferraient guère mieux que l'actuel chef d’État, leurs scores montrent du moins pour cette élection, un PS touché par le "syndrome socialiste grec".   





Sondage réalisé du 20 au 21 septembre 2016.
Échantillon de 1002 personnes.
Source: Elabe.

lundi 19 septembre 2016

Allemagne: Élections régionales. Progression de la gauche à Berlin.

Alors que le traditionnel allié au parti de la chancelière Angela Merkel (Le Parti social-démocrate d'Allemagne) reste en tête mais chute à 21,55 %, son partenaire (Union chrétienne-démocrate d'Allemagne)  enregistre ce dimanche le pire résultat de son histoire pour des élections régionales, avec un recul de presque 4 points ( 17,62%).

La droite radicale (AfD) fait son apparition avec un score à deux chiffres (14,15%).
Die Linke (Gauche allemande) progresse significativement à 15,64%.


lundi 12 septembre 2016

France: Présidentielle 2017. Le PS au fond du trou, difficultés à gauche, Mélenchon semble progresser chez les abstentionnistes.

Selon le sondage réalisé du 5 au 7 septembre 2016 par l'institut français "Ifop-Fiducial" pour Sud Radio et Lyon capital, l'actuel chef de l’État François Hollande semble subir les conséquences de son quinquennat social-démocrate, puis social-libéral.

Les autres éventuels candidats socialistes, que ce soit Arnaud Montebourg ou Manuel Valls ne dépassent pas 8% des intentions de vote.   

Le libéral Emmanuel Macron, s’avère être le dernier recours pour certains électeurs du Parti socialiste et d'EELV(à égalité avec Cécile Duflot).  

Jean-Luc Mélenchon poursuivant sa campagne autonome depuis février 2016 progresse; mais pas chez les sympathisants PS ou EELV qui préfèrent également Alain Juppé, potentiel candidat de la droite.

La droite reste stable, et Marine Le Pen aussi.









Échantillon de 2000 personnes.
Source: Ifop-Fiducial.

dimanche 28 août 2016

France: Rentrées politiques à gauche. UEPCF à Angers, France insoumise et Mélenchon à Toulouse.

Université d'été du Parti Communiste Français

L'Université d'été du Parti Communiste Français s'est tenue du vendredi 26 au dimanche 28 août. 
800 militants communistes ont été accueillis sur le campus Belle-Beille de la faculté de lettres de l'Université d'Angers. 

Pierre Laurent, premier secrétaire national est accueilli par des adhérents et sympathisants le samedi 27 août, lors de son discours. 
Il appelle à la mise en place d’un «pacte commun possible pour une alternative de gauche en 2017», que le PCF souhaite «soumettre à une grande votation citoyenne en octobre.»

L’objectif est de rassembler les forces de gauche "alternatives " (hors PS) autour d'un candidat commun 
«Je vous demande de ne pas brader la grande ambition collective de changer les choses […] contre les moins grandes ambitions, personnelles et partisanes, toutes légitimes qu’elles soient.» il confirme ce point de vue :«Dans le climat politique actuel, nous ne pouvons nous payer le luxe de la dispersion.».





Jean-Luc Mélenchon fait sa rentrée politique à Toulouse.

Le candidat à l’élection présidentielle de 2017 était présent dimanche 28 août au pique nique programmé dans les jardins du Parc de l’Observatoire à Toulouse.
Il a pris la parole quelques jours avant les membres du gouvernement réunis à Colomiers, abordant l'écologie, la question européenne, les sujets de société, la stratégie politique à mettre en place dans le cadre du rassemblement "La France insoumise".

 "Nous ne sommes pas des consommateurs de politique, qui passent d'un rayon à l'autre suivant leur humeur.".

vendredi 26 août 2016

France: Burkini, la gauche largement opposée à son port.

Ce vendredi 26 août, le Conseil d’État s'est prononcé par ordonnance contre l'arrêté "anti-burkini" de Villeneuve Loubet, déboutant ainsi celle du tribunal administratif de Nice, qui avait validé l’arrêté de la municipalité, donnant tort à la Ligue des droits de l’homme (LDH) et au Comité contre l’islamophobie en France (CCIF). 

L’ordonnance du Conseil d’Etat précise que « l’arrêté litigieux a ainsi porté une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales que sont la liberté d’aller et venir, la liberté de conscience et la liberté personnelle. » 

En l'état actuel du droit, l'interdiction de certains comportements de prosélytisme religieux sur les plages, comme dans l'espace public est difficilement applicable, sauf en cas de trouble à l'ordre public. 

Petit tour d'horizon.

L'énorme polémique "burkini plage" qui naît de l’ambition pour quelques maires de se faire mousser par les médias,  débute le 4 août, peu après la volonté  de l'association communautariste "Smile13" d'organiser un événement aquatique privé et discriminatoire, payant et à caractère public. 

En effet, cet événement aujourd'hui annulé  interdisait les hommes, et les enfants âgés de plus de 10 ans d'entrer.

Le Code pénal français concernant les discriminations est très clair : 
Article 225-1 : Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques à raison de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur grossesse, de leur apparence physique, de la particulière vulnérabilité résultant de leur situation économique, apparente ou connue de son auteur, de leur patronyme, de leur lieu de résidence, de leur état de santé, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs moeurs, de leur orientation ou identité sexuelle, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée. 
Article 225-2 : La discrimination définie aux articles 225-1 et 225-1-1, commise à l'égard d'une personne physique ou morale, est punie de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende lorsqu'elle consiste :
1° A refuser la fourniture d'un bien ou d'un service ;

2° A entraver l'exercice normal d'une activité économique quelconque ;

3° A refuser d'embaucher, à sanctionner ou à licencier une personne ;

4° A subordonner la fourniture d'un bien ou d'un service à une condition fondée sur l'un des éléments visés à l'article 225-1 ou prévue à l'article 225-1-1 ;
5° A subordonner une offre d'emploi, une demande de stage ou une période de formation en entreprise à une condition fondée sur l'un des éléments visés à l'article 225-1 ou prévue à l'article 225-1-1 ;

6° A refuser d'accepter une personne à l'un des stages visés par le 2° de l'article L. 412-8 du code de la sécurité sociale.

Lorsque le refus discriminatoire prévu au 1° est commis dans un lieu accueillant du public ou aux fins d'en interdire l'accès, les peines sont portées à cinq ans d'emprisonnement et à 75 000 euros d'amende.


Si l'ordonnance du Conseil d’État est tout à fait cohérente, au regard de la loi, les interdictions du port du "burkini" sur des plages après rixe comme à Sisco en Corse, ainsi que des événements comme celui énoncé plus haut sont justifiés.
En France, selon un sondage de l'institut Ifop publié le 25 août 2016, l'ensemble de la société se montre défavorable au port des signes religieux et principalement du "burkini" sur les plages françaises (64%).
69 %  des classes populaires désapprouvent, et deux tiers des sympathisants de gauche (Front de gauche) s'opposent également au port du vêtement religieux (62%).

Source: Ifop.    

lundi 18 juillet 2016

France: Les Français toujours opposés à la loi travail.

Ce mardi 18 juillet 2016, la loi "El Khomri" repasse par le Sénat en vue de son adoption définitive.
Selon un sondage établit par l'institut "Odoxa" sur un échantillon de 1011 personnes, 71% des Français se déclarent mécontents de l'adoption définitive du texte de loi.
55% d'entre-eux souhaitent que la mobilisation contre se poursuive.

Dans cette étude, sans surprise,  les positions des sympathisants du Parti socialiste sont en faveur de l'adoption du texte (52%).
La proportion chute à 29% chez les sympathisants de droite qui pensent que la loi a été vidé de sa substance, et 20% chez les sympathisants de gauche qui trouvent qu'elle est trop libérale.

Source: Odoxa.

mardi 12 juillet 2016

France: Présidentielle 2017. Jean-Luc Mélenchon lance une caravane insoumise pour l’égalité des droits

Le candidat à la présidentielle lance à partir du 12 juillet et ce jusqu’à la fin du mois d’août 2016, deux caravanes qui parcourront les quartiers populaires de la France métropolitaine, pour l’égalité et l’accès aux droits. Cette initiative s’articulera également avec la campagne d’inscription sur les listes électorales : «Je vote, ils dégagent !». 
Pour en savoir plus, veillez consulter la page de la caravane sur le site JLM2017


vendredi 8 juillet 2016

France: Deux chercheurs testent virtuellement la loi El Khomri sur le marché du travail.

Selon une étude quantitative sérieuse établie par deux chercheurs en économie et informatique, l'application de la loi El Khomri constitue un vrai problème dès les 4 années suivant son application.

- Moins de CDD, mais plus de CDI flexibles, plus facilement licenciables (embauche plus souple de jeunes CDD plus compétitifs, en CDI.).
- Instabilité de l'emploi, augmentation du taux de chômage.
- Exclusion des catégories d'âge plus avancées sur le marché du travail (25 - 63 ans), des chômeurs de longue durée...


Pour Gérard Ballot, professeur émérite en économie , la version initiale du texte était plus nocive que de garder le code du travail sous sa forme actuelle, mais moins dangereuse que la loi El Khomri après modifications.
=> Worksim: Première évaluation quantitative de la loi travail El Khomri.

Lors de son passage en seconde lecture le  mercredi 6 juillet 2016,  des parlementaires ont tenté de présenter une motion de censure pour endiguer ce projet de loi qui poursuivra le dépérissement de notre économie. 
Ce fut un échec.
Dans un communiqué, le groupe PCF/Front de Gauche en première ligne contre la réforme a regretté "que les députés socialistes qui disaient s'opposer au texte ou même à la brutalité gouvernementale n'aient pas saisi ce seul levier institutionnel pour mettre un terme au mépris affiché par le gouvernement envers le peuple et ses représentants".

mercredi 29 juin 2016

France: Les Français partagés sur un «Frexit», mais favorables à un référendum.

Selon deux sondages ( Opinionway pour Public Sénat) et (TNS Sofres pour Le Figaro, RTL, LCI), une majorité de Français serait favorable à un référendum sur la sortie du pays de l'Union européenne. 

Le premier institut indique une courte majorité en faveur du référendum (52%), et du maintien de la France dans l'UE ( 53%).
31 % voteraient pour la sortie de l'institution supranationale, 16 % sont indécis.

Sans surprise, c'est au sein des catégories populaires que l'euroscepticisme reste plus fort:  42% pour le maintien , 39% pour la sortie. 

Dans la seconde étude, 55% des Français opteraient pour qu'il y ait davantage d'autonomie pour les nations vis-à-vis de l'Union européenne. 
45% des personnes interrogées seraient favorables à un référendum, 44% donneraient un avis inverse.
45% valideraient également  le maintien dans l'Union, 33% choisiraient la sortie et 22% montreraient une indécision. 

Chez les ouvriers et les employés, l'euroscepticisme reste là aussi plus fort:  42% pour la sortie , 32% pour le maintien. 


Sources: Opinionway / TNS Sofres.

jeudi 9 juin 2016

Europe: L'euroscepticisme triomphe dans l'Union européenne.

Selon une enquête du Pew Research Center dans plusieurs pays, le rejet de l'Europe ne cesse de grimper. Et il est plus fort en France qu'au Royaume-Uni.

Parce que les Britanniques votent le 23 juin sur une éventuelle sortie de l’Union, le "Brexit", vous pourriez en déduire que c’est le peuple le moins réceptif à l’idée européenne. Détrompez-vous. Une nouvelle enquête d’opinion menée par le PewResearch Center dans dix pays européens montre que l’euroscepticisme n’est pas l’apanage des Anglais. Et qu’il est en train de grimper un peu partout, surtout chez les citoyens les plus âgés.

Lorsque Pew demande aux sondés s’ils sont favorables ou non à l’Union européenne, ce sont les Grecs qui sont les plus sévères dans leurs réponses, mais ils ont certes quelques raisons d’être agacés : 71% ont une opinion défavorable à l'UE. La France arrive juste derrière la Grèce : 61% d'opinions défavorables. En revanche, surprise, le Royaume-Uni, avec 48% d’opinions défavorables, est au même niveau que l’Allemagne ou l’Espagne. Parmi les 10 peuples sondés, les plus "pro-européens" sont les Polonais : 72% ont des opinions favorables à l’UE, seulement 22% des opinions défavorables. 

jeudi 2 juin 2016

France: Présidentielle 2017. Le Parti communiste lance une grande consultation citoyenne dans le pays pour débloquer la situation.

Durant plusieurs mois, le Parti communiste s'investi pour une grande campagne de consultation citoyenne dans le pays, afin de débloquer la situation.
Le questionnaire a pour objectif de toucher à minima 500 000 personnes.
Si certains points sont flous, notamment sur les questions européennes et internationales, pas assez approfondis sur nombre de sujets .. des espaces libres sont mis à disposition, afin d'avoir la possibilité de rajouter, ou modifier des demandes et aspirations.
Les résultats de la consultation seront publiés entre le 9 et le 11 septembre 2016, lors de la fête de l'Humanité.

mercredi 25 mai 2016

France: Blocage de l'économie contre la loi travail, sympathisants Front de gauche et électorat populaire FN approuvent.

Selon un sondage de l'institut Elabe publié le mercredi 25 mai 2016, pour la principale chaîne d'information française en continue d'orientation libérale (BFM TV),
la contestation contre le projet de loi appelé "loi El Khomri ou loi travail" se radicalise.
69 % des Français souhaitent un retrait de ce texte, afin d'éviter un blocage économique du pays.
75 % des sympathisants de Front National souhaitent un retrait du texte, contre 65 % des sympathisants de gauche freinés par ceux du Parti socialiste.

Le rapport de force engagé entre le chef du gouvernement, et la principale centrale syndicale (CGT) donne à prévoir une intensification du conflit.
Près de six Français sur dix désignent l’exécutif comme principal responsable de la situation.
Le plus important syndicat du pays tire son épingle du jeu.

Une courte majorité de Français (52%) désapprouvent les actions (Blocages, grèves..) pour s'opposer au projet de loi Travail. 48% approuvent.

Dans le détail:

- 78 % ( dont 49% totalement) des sympathisants Front de gauche soutiennent les actions pour s'opposer au projet de loi travail.
- 66% (dont  38% totalement) des sympathisants EELV soutiennent les actions pour s'opposer au projet de loi travail.
- 62% (dont 43% totalement) des sympathisants FN soutiennent les actions pour s'opposer au projet de loi travail.
- 57% ( dont 31% totalement) des personnes sans préférence politique soutiennent les actions pour s'opposer au projet de loi travail.

- 34 % (dont 14% totalement) des sympathisants PS soutiennent les actions pour s'opposer au projet de loi travail.
- 25 % (dont 8% totalement) des sympathisants de la droite et du centre soutiennent les actions pour s'opposer au projet de loi travail.


vendredi 6 mai 2016

France: Congrès PCF 2016, vote pour l'orientation politique du Parti communiste.

30127 votants (56,92% des inscrits) ont participé au vote. 944 bulletins blancs et nuls (3,13% des votants). 29183 exprimés.


- Le texte proposé par le Conseil national obtient 14942 voix (51,20%)
- Le texte alternatif 1 obtient 6910 voix (23,68%) 
- Le texte alternatif 2 obtient 1575 voix (5,40 %)
- Le texte alternatif 3 obtient 3755 voix (12,87 %)
- Le texte alternatif 4 obtient 2001 voix (6,86 %)


Les résultats du vote pour l'orientation, et la stratégie politique du Parti communiste montre un clivage important.
La direction nationale actuelle est affaiblie.
Hormis le texte alternatif 1, issu d'une opposition à cette même direction, le texte alternatif 3 (eurosceptique) progresse par rapport au vote de 2013.


mardi 3 mai 2016

France: Présidentielle 2017. Les jeunes préfèrent nettement Mélenchon à Hollande et Valls.

Les jeunes et l'élection Présidentielle de 2017.
(Source: Ifop France.)

Selon ce nouveau sondage de l’institut Français Ifop,  le rejet de François Hollande par la jeunesse se situant entre 18 et 25 ans est très fort.  
Le Président n'accéderait pas au second tour de l'élection présidentielle de 2017. Selon cette étude, François Hollande n'arriverait qu'en quatrième position derrière Jean-Luc Mélenchon. 


vendredi 29 avril 2016

France: Quand la classe populaire s'exprime, la gauche répond à côté.

C'est le résultat sans appel de la récente étude Ipsos/Sopra Steria pour science po (enquête "Fractures Française 2016").
Hier encore, le Parti communiste, appelé parti des travailleurs, des ouvriers et des paysans agglomérait un solide électorat issu des couches populaires de la société Française, au point d'être le premier parti chez les ouvriers, à près de 50%.
Aujourd'hui c'est autre chose. À l'heure où le PCF/Front de gauche patine, maladroit pour parler efficacement au "prolétariat" contemporain, il s'adresse malgré lui aux classes moyennes.
La domination de l'idéologie libérale, ajouté à une très mauvaise communication politique, sape un message déjà flou.

Petit tour d'horizon.


L'ouverture/fermeture sur le monde:

Les employés et les ouvriers expriment une plus grande méfiance vis-à-vis d’autrui (89 et 87%).
Les cadres: 62%.
L'électorat Front de gauche actuel: 71%.

Les employés et les ouvriers expriment une méfiance envers la mondialisation (76 et 64%).
Les professions intermédiaires: 58%
L'électorat Front de gauche actuel: 66%

Les employés et les ouvriers expriment une volonté de plus se protéger du monde d'aujourd'hui (78 et 62%).
Cadres : 40%.
L'électorat Front de gauche actuel: 41%.

Vie politique:

Les employés et les ouvriers pensent en grosse majorité que les élites sont corrompus ( 74 et 85%).
Les cadres: 65%.
L'électorat Front de gauche actuel: 60%.

Les employés et les ouvriers pensent en grosse majorité que le système démocratique fonctionne mal en France (90 et 87%).
Les cadres: 74%.
L'électorat Front de gauche actuel: 75%.

Les employés et les ouvriers pensent en grosse majorité que les hommes politiques agissent principalement pour leurs intérêts personnels. (89 et 92%).
Les cadres: 84%.
L'électorat Front de gauche actuel: 84%.

Les employé et les ouvriers  sont majoritairement favorables à la démocratie (59 et 62%).
Les cadres: 79%.
L'électorat Front de gauche actuel: 77%.

Justice sociale et économie:

Les employés et les ouvriers souhaitent majoritairement plus de justice social, prendre aux riches pour donner aux pauvres (70 et 60%).
Les cadres: 52%.
L'électorat Front de gauche actuel: 91%.

Les employés et les ouvriers pensent qu'il y a trop "d’assistanat" pour (71 et 73%) d'entre eux.
Les cadres: 65%.
L'électorat Front de gauche actuel: 31%.

L'Europe:

Les employés et les ouvriers pensent qu'il faut limiter les pouvoirs de l'Europe, pour plus de souveraineté ( 79 et 79%).
Les cadres: 57%.
L'électorat Front de gauche actuel: 67%.

Les employés et les ouvriers remettent majoritairement en cause l'appartenance de la France à l'UE (41 et 45% contre, 39 et 34% pour, 20 et 21% NSP).
Les cadres: 71% pour, 18% contre, 11% NSP.
L'électorat Front de gauche actuel: 45% pour, 34% contre, 21% NSP.

Racisme et xénophobie:

Les employés et les ouvriers pensent majoritairement qu'il y a beaucoup de racisme en France (76 et 75%).
Les cadres: 75%.
L'électorat Front de gauche actuel: 90%.

Les employés et les ouvriers pensent majoritairement qu'on peut trouver de la main d'oeuvre en France, sans avoir recours à l'immigration (82 et 79%).
Les cadres: 57%.
L'électorat Front de gauche actuel: 47%.

Les employés et les ouvriers pensent que les immigrés ne font pas assez d'effort pour s’intégrer (60 et 61%).
Les cadres: 46%.
L'électorat Front de gauche actuel: 24%.

Les employés et les ouvriers pensent que l’antisémitisme est un phénomène rependu en France (58 et 53%).
Les cadres: 61%.
L'électorat Front de gauche actuel: 65%.

Les employés et les ouvriers pensent que réduire le nombre d'immigrés aura aucune conséquence sur le nombre de chômeurs en France (51 et 55%).
Les cadres: 63%.
L'électorat Front de gauche actuel: 87%.

Les employés et les ouvriers pensent que servir des plats différents en fonction des convictions religieuses n'est pas normal (76 et 68%).
Les cadres: 74%.
L'électorat Front de gauche actuel: 59%.

Les employés et les ouvriers pensent que les immigrés qui s'installent en France font le travail que les Français ne veulent pas faire (55 et 55%).
Les cadres: 82%.
L'électorat Front de gauche actuel: 88%.

Fait religieux et laïcité:

Les employés et les ouvriers pensent que l'Islam est une religion aussi pacifique que les autres, et le djihadisme une perversion de cette religion (61 et 55%).
Les cadres: 67%.
L'électorat Front de gauche actuel: 76%.


Le parti communiste français (principale organisation à gauche du parti socialiste) fait son congrès du 2 au 6 juin 2016, l'occasion possible de relancer un véritable message à cette classe populaire oubliée.

vendredi 8 avril 2016

France: Présidentielle 2017. Sans Valls et Macron, une Primaire élargie à gauche en vue de la présidentielle verrait le sacre de Mélenchon.

En vue de l’élection présidentielle de 2017, l'institut Yougov a réalisé les 30 et 31 mars 2016, un sondage sur le premier tour d'une potentielle primaire à gauche. 

En terme de vote réel, dans l’éventualité où François Hollande serait candidat (et où Manuel Valls et Emmanuel Macron ne se présentaient pas aux primaires), 9% des Français porteraient leur vote sur la personne de Jean-Luc Mélenchon. Suivraient Arnaud Montebourg (5%), Martine Aubry (5%) et François Hollande (4%).
Chez les sympathisants PS, EE-LV, 14% voteraient pour François Hollande, 12% pour Martine Aubry et 8% pour respectivement Jean-Luc Mélenchon, Arnaud Montebourg et Ségolène Royale. Chez les sympathisants du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche) est donné gagnant avec 33% des voix, suivi d’Olivier Besancenot (NPA), avec 14% des voix.

En éliminant la part indécise, ainsi que les sondés ne souhaitant pas participer à cette primaire, Jean-Luc Mélenchon arrive en tête avec 22 % des suffrages, suivit d'Arnaud Montebourg et Martine Aubry.  



Lorsque l’on soumet aux Français un scénario où François Hollande serait absent de la primaire, et où ses proches Manuel Valls et Emmanuel Macron se présentaient, les Français choisiraient alors Emmanuel Macron (sans étiquettes) pour représenter la gauche aux présidentielles (9%), juste devant Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche - 8%) et Manuel Valls (PS - 7%).
En zoomant sur les sympathisants PS, EE-LV, la tendance diffère légèrement : ces derniers  voteraient d’abord pour Manuel Valls (13%) puis pour Emmanuel Macron (10%). A l’inverse, chez les proches du Front de Gauche, 35% voteraient pour Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche) et 14% pour Olivier Besancenot (NPA).

L'enquête a été réalisée sur 1006 personnes représentatives de la population nationale française âgée de 18 ans et plus. Le sondage a été effectué en ligne, sur le panel propriétaire YouGov France, les 30 et 31 mars 2016, selon la méthode des quotas.

jeudi 31 mars 2016

France: Présidentielle 2017. Macron gagne en confiance à gauche. Mélenchon, chez l'électorat populaire qui vote FN.

Selon le Baromètre politique édité par l'institut Français TNS Sofres pour le mois d'avril, c'est Emmanuel Macron qui enregistre la plus forte hausse à gauche (+9 points, +13 au PS).
Un électorat socialiste qui se libéralise jour après jour, l'atteinte à la dignité des travailleurs(ses) assumée et consommée séduit la gauche des beaux quartiers, celle de l'Europe qui protège. 

Jean-Luc Mélenchon lui, en supplément d'un acquis à "gauche de la gauche", attire l'attention de l'électorat .... du Front National. 

Il enregistre une maigre hausse à gauche (+3 points), contre (+10 points au FN).
Sa visibilité médiatique joue, mais pas que. 
Sa capacité à se séparer de la cacophonie ambiante, sa cohérence politique uniforme concernant la "loi travail", son approche plus terre-à-terre de la politique, ses remises en question stratégiques et son virage souverainiste, ont l'air de plaire à une frange de l'électorat populaire et ouvrier actuellement attiré par les griffes de Marine Le Pen.  

Cela se traduira dans les intentions de vote?  Rien n'est moins sûr. 
Une "cote d'avenir" ne fait pas un vote. 
À suivre.