Left Analysis

vendredi 29 avril 2016

France: Quand la classe populaire s'exprime, la gauche répond à côté.

C'est le résultat sans appel de la récente étude Ipsos/Sopra Steria pour science po (enquête "Fractures Française 2016").
Hier encore, le Parti communiste, appelé parti des travailleurs, des ouvriers et des paysans agglomérait un solide électorat issu des couches populaires de la société Française, au point d'être le premier parti chez les ouvriers, à près de 50%.
Aujourd'hui c'est autre chose. À l'heure où le PCF/Front de gauche patine, maladroit pour parler efficacement au "prolétariat" contemporain, il s'adresse malgré lui aux classes moyennes.
La domination de l'idéologie libérale, ajouté à une très mauvaise communication politique, sape un message déjà flou.

Petit tour d'horizon.


L'ouverture/fermeture sur le monde:

Les employés et les ouvriers expriment une plus grande méfiance vis-à-vis d’autrui (89 et 87%).
Les cadres: 62%.
L'électorat Front de gauche actuel: 71%.

Les employés et les ouvriers expriment une méfiance envers la mondialisation (76 et 64%).
Les professions intermédiaires: 58%
L'électorat Front de gauche actuel: 66%

Les employés et les ouvriers expriment une volonté de plus se protéger du monde d'aujourd'hui (78 et 62%).
Cadres : 40%.
L'électorat Front de gauche actuel: 41%.

Vie politique:

Les employés et les ouvriers pensent en grosse majorité que les élites sont corrompus ( 74 et 85%).
Les cadres: 65%.
L'électorat Front de gauche actuel: 60%.

Les employés et les ouvriers pensent en grosse majorité que le système démocratique fonctionne mal en France (90 et 87%).
Les cadres: 74%.
L'électorat Front de gauche actuel: 75%.

Les employés et les ouvriers pensent en grosse majorité que les hommes politiques agissent principalement pour leurs intérêts personnels. (89 et 92%).
Les cadres: 84%.
L'électorat Front de gauche actuel: 84%.

Les employé et les ouvriers  sont majoritairement favorables à la démocratie (59 et 62%).
Les cadres: 79%.
L'électorat Front de gauche actuel: 77%.

Justice sociale et économie:

Les employés et les ouvriers souhaitent majoritairement plus de justice social, prendre aux riches pour donner aux pauvres (70 et 60%).
Les cadres: 52%.
L'électorat Front de gauche actuel: 91%.

Les employés et les ouvriers pensent qu'il y a trop "d’assistanat" pour (71 et 73%) d'entre eux.
Les cadres: 65%.
L'électorat Front de gauche actuel: 31%.

L'Europe:

Les employés et les ouvriers pensent qu'il faut limiter les pouvoirs de l'Europe, pour plus de souveraineté ( 79 et 79%).
Les cadres: 57%.
L'électorat Front de gauche actuel: 67%.

Les employés et les ouvriers remettent majoritairement en cause l'appartenance de la France à l'UE (41 et 45% contre, 39 et 34% pour, 20 et 21% NSP).
Les cadres: 71% pour, 18% contre, 11% NSP.
L'électorat Front de gauche actuel: 45% pour, 34% contre, 21% NSP.

Racisme et xénophobie:

Les employés et les ouvriers pensent majoritairement qu'il y a beaucoup de racisme en France (76 et 75%).
Les cadres: 75%.
L'électorat Front de gauche actuel: 90%.

Les employés et les ouvriers pensent majoritairement qu'on peut trouver de la main d'oeuvre en France, sans avoir recours à l'immigration (82 et 79%).
Les cadres: 57%.
L'électorat Front de gauche actuel: 47%.

Les employés et les ouvriers pensent que les immigrés ne font pas assez d'effort pour s’intégrer (60 et 61%).
Les cadres: 46%.
L'électorat Front de gauche actuel: 24%.

Les employés et les ouvriers pensent que l’antisémitisme est un phénomène rependu en France (58 et 53%).
Les cadres: 61%.
L'électorat Front de gauche actuel: 65%.

Les employés et les ouvriers pensent que réduire le nombre d'immigrés aura aucune conséquence sur le nombre de chômeurs en France (51 et 55%).
Les cadres: 63%.
L'électorat Front de gauche actuel: 87%.

Les employés et les ouvriers pensent que servir des plats différents en fonction des convictions religieuses n'est pas normal (76 et 68%).
Les cadres: 74%.
L'électorat Front de gauche actuel: 59%.

Les employés et les ouvriers pensent que les immigrés qui s'installent en France font le travail que les Français ne veulent pas faire (55 et 55%).
Les cadres: 82%.
L'électorat Front de gauche actuel: 88%.

Fait religieux et laïcité:

Les employés et les ouvriers pensent que l'Islam est une religion aussi pacifique que les autres, et le djihadisme une perversion de cette religion (61 et 55%).
Les cadres: 67%.
L'électorat Front de gauche actuel: 76%.


Le parti communiste français (principale organisation à gauche du parti socialiste) fait son congrès du 2 au 6 juin 2016, l'occasion possible de relancer un véritable message à cette classe populaire oubliée.

vendredi 8 avril 2016

France: Présidentielle 2017. Sans Valls et Macron, une Primaire élargie à gauche en vue de la présidentielle verrait le sacre de Mélenchon.

En vue de l’élection présidentielle de 2017, l'institut Yougov a réalisé les 30 et 31 mars 2016, un sondage sur le premier tour d'une potentielle primaire à gauche. 

En terme de vote réel, dans l’éventualité où François Hollande serait candidat (et où Manuel Valls et Emmanuel Macron ne se présentaient pas aux primaires), 9% des Français porteraient leur vote sur la personne de Jean-Luc Mélenchon. Suivraient Arnaud Montebourg (5%), Martine Aubry (5%) et François Hollande (4%).
Chez les sympathisants PS, EE-LV, 14% voteraient pour François Hollande, 12% pour Martine Aubry et 8% pour respectivement Jean-Luc Mélenchon, Arnaud Montebourg et Ségolène Royale. Chez les sympathisants du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche) est donné gagnant avec 33% des voix, suivi d’Olivier Besancenot (NPA), avec 14% des voix.

En éliminant la part indécise, ainsi que les sondés ne souhaitant pas participer à cette primaire, Jean-Luc Mélenchon arrive en tête avec 22 % des suffrages, suivit d'Arnaud Montebourg et Martine Aubry.  



Lorsque l’on soumet aux Français un scénario où François Hollande serait absent de la primaire, et où ses proches Manuel Valls et Emmanuel Macron se présentaient, les Français choisiraient alors Emmanuel Macron (sans étiquettes) pour représenter la gauche aux présidentielles (9%), juste devant Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche - 8%) et Manuel Valls (PS - 7%).
En zoomant sur les sympathisants PS, EE-LV, la tendance diffère légèrement : ces derniers  voteraient d’abord pour Manuel Valls (13%) puis pour Emmanuel Macron (10%). A l’inverse, chez les proches du Front de Gauche, 35% voteraient pour Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche) et 14% pour Olivier Besancenot (NPA).

L'enquête a été réalisée sur 1006 personnes représentatives de la population nationale française âgée de 18 ans et plus. Le sondage a été effectué en ligne, sur le panel propriétaire YouGov France, les 30 et 31 mars 2016, selon la méthode des quotas.